Il peut être utile, en fonction de la personne qui conduit et la valeur de la voiture, de souscrire à un contrat d’assurance automobile tous risques offrant davantage de garanties ou bien, au contraire, de souscrire à une assurance au tiers, pour ne pas dépenser trop d’argent. En effet, cette dernière est le contrat d’assurance basique et pourtant obligatoire, tandis que la couverture tous risques reste la plus étendue. En effet, les deux formules fortement différentes ne sauraient pas vous couvrir de façon identique et leur coût ne sera pas non plus identique.

En quoi consiste l’assurance responsabilité civile et quelles sont ses garanties ?

L’assurance auto au tiers est une exigence légale de base. De fait, le Code des assurances dispose en son article 211-1 la nécessité de faire souscrire à son automobile une assurance de responsabilité civile au moins. Ceci même si le véhicule ne reste pas en dehors du garage ou le parking. Par ailleurs, il faut savoir que cette formule permet à quiconque de prendre en charge la réparation des dégâts occasionnés à un tiers.
L’assurance s’applique uniquement dans le cas où le conducteur entraîne des nuisances soit physiques, soit matérielles, aux tiers lors de la conduite :

  • Les dégâts matériels engendrés par un choc contre un autre véhicule ou contre un immeuble quelconque soit un mur, une vitre ou une grille,
  • Les dégâts physiques causés à des tiers : blessures et décès.

En plus de la garantie de base de la RC, un contrat d’assurance automobile au tiers peut aussi comporter des mesures de sécurité complémentaires. Toutefois, une telle formule demeure basique, avec des garanties limitées.

Que signifie une couverture automobile tous risques et que couvre-t-elle ?

En effet, la couverture tous risques est, comme son nom l’indique, celle qui est la plus exhaustive et par conséquent la plus protectrice du conducteur. Au-delà de la couverture légale minimale, plusieurs autres types de garanties complètent la plupart des assurances complètes :

  • Les lésions physiques sont couvertes par la présente garantie, y compris lorsque le conducteur est fautif de l’accident,
  • Les dégâts matériels provoqués à votre automobile, même en cas de faute,
  • Une protection en cas de vol et/ou des actes de vandalisme,
  • Les dégâts provoqués par un incendie,
  • Les cassements de vitres,
  • Assistance technique dans le cas de panne de véhicule par exemple,
  • Sécurité légale.

Quand faut-il renoncer à la couverture tous risques et opter pour la formule au tiers ?

Cela peut paraître évident de recourir automatiquement à une couverture d’assurance automobile tous risques, qui apporte davantage de protection en cas de sinistre. Cependant, sachez que celle-ci ne constitue pas forcément une solution indispensable dans votre cas.

À vrai dire, privilégier la formule au tiers est souvent un synonyme de réduction des coûts pour les personnes couvertes, étant donné que les prix pratiqués entre ces deux types d’assurance oscillent parfois entre deux valeurs soit inférieure soit supérieure. De ce fait, il est nécessaire de considérer différents facteurs pour choisir la solution la plus appropriée à votre cas.
Pour effectuer le meilleur choix, vous trouverez ici certains éléments et recommandations à considérer :

  • Évaluez la valeur actuelle de votre automobile : ancienneté, kilométrage, condition générale, … Plus la valeur du véhicule est faible, plus il faudra opter pour une assurance moins élevée. Il est généralement estimé que, un véhicule de moins de 3.000 euros a peu de valeur,
  • Le rythme des déplacements avec le véhicule et le cumul des kilomètres annuel : lorsque vous êtes certain que le véhicule ne sera pas utilisé fréquemment, il n’est pas utile de prendre une couverture optimale,
  • Fixer un montant forfaitaire : quel est le montant de la cotisation que vous pouvez payer ? Le montant de la franchise auquel vous êtes prêt à vous soumettre ?
  • Identifier qui sera amené à prendre la voiture : si la voiture est souvent utilisée par un jeune possédant une licence de moins de 5 ans, les risques sont amplifiés et la prime le sera aussi,
  • Les installations : si le véhicule possède pas mal d’équipements onéreux, une couverture tous risques peut s’avérer judicieuse,
  • Déterminer ses propres besoins : lorsqu’on sait que l’on se trouve dans une zone vulnérable aux aléas climatiques, que l’on redoute de se faire dérober des objets de valeur qui sont transportés régulièrement, une couverture plus ciblée est possible.

Publier un commentaire